18 novembre 2009

Walking can easily be monitored and mapped as the millions of individual journeys criss-crossing the city leave a trace that can be plotted. But this trace can, in itself, never capture the personal histories that underlie them. Thus, as the situationist found to their cost, a rigorous sociological or geographical attempt to map the city and to categorise regions according to the results of such surveys simply reveals the contradiction between the objectivity of the method and the subjectivity of that which is to be catalogued. A map... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 18:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2006

Projets d'embellissements rationnels de la ville de Paris

Les lettristes présents le 26 septembre ont proposé communément les solutions rapportées ici à divers problèmes d'urbanisme soulevés au hasard de la discussion. Ils attirent l'attention sur le fait qu'aucun aspect constructif n'a été envisagé, le déblaiement du terrain paraissant à tous l'affaire la plus urgente. Ouvrir le métro, la nuit, après la fin du passage des rames. En tenir les couloirs et les voies mal éclairés par de faibles lumières intermittentes. Par un certain aménagement des échelles de secours, et la création de... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 07:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 novembre 2005

Je t'ai touchée à vif, ville de Bleston...

Je t'ai touchée à vif, ville de Bleston ; tu as si longuement, si minutieusement, avec tant de raffinement préparé, poursuivi ta vengeance !  Il est donc enfin clair que si j'ai su effectivement te l'infliger, cette blessure, que mon écriture te brûle, puisqu'il est clair que je n'ai échappé que de justesse à la destruction de ces pages grâce auxquelles tout cela est enfin clair, gardé contre ton grand travail d'oubli, comme George Burton n'avait échappé que de justesse à l'écrasement dans Brown Street, comme le négatif de son... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 18:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 octobre 2005

Tokyo.

La ville, en tout cas certains quartiers, ne demande que cela, être fantasmée, fantasmagorisée, gorisée surtout en hiver. On y arrive bientôt. Ce n'est pas qu'ici où le dramatique et le lyrisme pêchent par absence, malgré la rareté des incivilités, malgré le sous-développement du cynisme social, du sarcasme quotidien. A moins de s'offrir une scène finale de kabuki par jour, il faut composer soi-même, magnifier la ville qui souvent ne le mérite pas. Si le marcheur n'a aucun pouvoir sur la laideur urbaine sinon que d'y débusquer des... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 01:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2005

Derive & urbanisme (3)

Introduction a une critique de la geographie urbaine. De tant d’histoires auxquelles nous participons, avec ou sans intérêt, la recherche fragmentaire d’un nouveau mode de vie reste le seul côté passionnant. Le plus grand détachement va de soi envers quelques disciplines, esthétiques ou autres, dont l’insuffisance à cet égard est promptement vérifiable. Il faudrait définir quelques terrains d’observation provisoires. Et parmi eux l’observation de certains processus du hasard et du prévisible, dans les rues. Le mot... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2005

Derive & urbanisme (2)

"Ne pas trouver son chemin dans une ville, ça signifie pas grand-chose - mais s'égarer dans une ville comme on s'égare dans une forêt demande toute une éducation. Il faut alors que les noms de rues parlent à celui qui s'égare le langage des rameaux secs qui craquent, et des petites rues au coeur de la ville doivent pour lui refléter les heures du jour...aussi nettement qu'un vallon de montagne. Cet art, je l'ai tardivement appris...le chemin de ce labyrinthe..n'a pas manqué d'avoir son Ariane auprès de laquelle, pour la première... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 18:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2005

Derive & urbanisme

"L'histoire qui menace ce monde crépusculaire est aussi la force qui peut soumettre l'espace au temps vécu. La révolution prolétarienne est cette critique de la géographie humaine à travers laquelle les individus et les communautés ont à construire les sites et les événements correspondant à l'appropriation, non plus seulement de leur travail, mais de leur histoire totale. Dans cet espace mouvant du jeu, l'autonomie du lieu peut se retrouver, sans réintroduire un attachement exclusif au sol, et par là ramener la réalité du... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 18:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]