09 mars 2012

"accepter sans défaillance le mystère de notre vie"

À côté du hasard son frère le mystère. L'athéisme - en tout cas le mien - conduit nécessairement à accepter l'inexplicable. Tout notre univers est mystère. Puisque je refuse de faire intervenir une divinité organisatrice, dont l'action me paraît encore plus mystérieuse que le mystère, il me reste à vivre dans une certaine ténèbre. Je l'accepte. Aucune explication, même la plus simple, ne vaut pour tous. Entre les deux mystères, j'ai choisi le mien, car il préserve au moins ma liberté morale. On me dit : et la science ? Ne... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 mars 2012

le "pathos du liant" (Prigent)

En qualifiant de "fantasmatique" la théorie mimologique, je ne prétends pas désigner une "fausseté" toute relative et qui n'est nullement de notre propos, mais simplement connoter le rôle essentiel que joue dans la pensée mimologique, exemple caractérisé de wishful thinking, un système complexe et plus ou moins conscient de désirs, disons de prédilections à satisfaire : substantialisme (refus de l'abstraction), attachement - souvent observé ici - aux éléments les plus "concrets" de la langue, sons et vocables, sémantèmes plutôt que... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 août 2011

Et, à propos de littérature...

Et, à propos de littérature, il n'est pas une chose que j'ignore à ce sujet. Ç'a toujours été ma marotte. Encore enfant, j'ai composé des poèmes et des récits très travaillés. Je n'ai jamais volé de pêches dans la serre chaude du propriétaire russe dont mon père était l'intendant. Je n'ai jamais enterré de chats vivants. Je n'ai jamais tordu le bras de mes compagnons de jeu plus faibles que moi ; mais, comme je l'ai dit, je composais des poèmes abstrus et des récits remarquables, avec une terrible finalité et sans aucune raison,... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 07:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2011

La fleur de barbe - ひげの花

As-tu cueilli La fleur de barbe Sur la mi-côte C'est le printemps et voici Que la barbe reverdit S'en tisse le fil un lundi A la fin de la semaine S'embarbe tout le pays Jean Dubuffet, La Fleur de Barbe, 1960 摘んだかい ひげの花を 山の中腹で 春が来た そしてまたひげがよみがえる 月曜日にひげの糸をつむぐ 一週間が終わって 国がすべてひげになる ジャン・デュビュッフェ 「ひげの花」 1960年 訳:22いもうぶん
Posté par fantomas_media à 16:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 janvier 2011

"Cette capacité peu commune de muer en terrain de jeu le pire désert" (Leiris)

"Nous serions plutôt portés à croire que l'idée de maladie doit être associée à une incapacité de faire acte de création" (Dubuffet)--Le lecteur consentira, je l'espère, à envisager la création dans son acception la plus large, sans l'enfermer dans les limites d'une création réussie ou reconnue, mais bien plutôt en la considérant comme la coloration de toute attitude face à la réalité extérieure.Il s'agit avant tout d'un mode créatif de perception qui donne à l'individu le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue ; ce... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2011

"cette inadéquation traitée en beauté"

(Dubuffet) Je reprends une autre conséquence que vous tirez de cette référence au réel. Vous citez Ponge ("l'objet de notre émotion placé en abyme ...") pour en venir à la question du sujet (celui qui écrit ou dit) : "sujet hors-de-lui, happé (= inspiration ?) par l'abyme innommé". Je saisis le départ : le sujet affronté (c'est une expérience) au vide, au rien ("indigence, inadéquation, manque, jeu", "j'ai su l'indigence des noms devant la faim des choses", écrivez-vous), mais le résultat... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 17:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2010

encore un joli programme

Je n'ai jamais écrit un mot, un seul, par méchanceté. Cela a toujours été bien autre chose : malice, raillerie, horreur de l'étalage, de la niaiserie, des faiseurs de grandes phrases et de grands sentiments, et extrême plaisirs à montrer leur comédie.Paul Léautaud, Journal littéraire.
Posté par fantomas_media à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2010

"Baudelaire n'a su s'engager dans aucune de ces voies."

Dans la société féodale, jouir de ses loisirs - être exempt de travail - constituait un privilège. Privilège, non seulement de fait mais de droit. Les choses n'en sont plus là dans la société bourgeoise. La société féodale pouvait d'autant plus aisément reconnaître le privilège du loisir à certains d'entre ses membres qu'elle disposait des moyens d'anoblir cette attitude, voire de la transfigurer. La vie de la cour et la vie contemplative faisaient comme deux moules dans lesquels les loisirs du grand seigneur, du prélat et du guerrier... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 06:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 octobre 2010

Obstruction

Posté par fantomas_media à 18:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juillet 2010

Récatonpilu

RECATONPILUoule jeu du poulet pour Nicolas Si tu veux apprendredes mots inconnusrécapitulons,récatonpilu. Si tu veux connaîtredes jeux imprévus,locomotivons,locomotivu. Mais les jeux parfaitssont les plus connus :jouons au poulet. Je suis le renardje cours après toiplus loin que ma vie. Comme tu vas vite !Si je m'essoufflais !Si je m'arrêtais ! Jean Tardieu, L'accent grave et l'accent aigu, Gallimard.
Posté par fantomas_media à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]