29 août 2011

des singularités concrètes en mouvement

La démarche de l'écrivain, celle du cinéaste et celle de l'ethnographe ne se confondent pas mais sont animées toutes trois par un souci d'extrême précision. Il n'existe pour elles que des singularités concrètes en mouvement. Aussi les mots, comme les images, ne peuvent être interchangeables. Mais cette exigence du détail et ce sens non de la définition mais de la modulation ne sont jamais acquis. Ils sont un acte de résistance permanente contre la violence de la généralisation et de l'abstraction (mais non de la théorie). Aussi... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 07:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2011

Il n’y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien ; tout ce qui est utile est laid, car c’est l’expression de quelque besoin, et ceux de l’homme sont ignobles et dégoûtants, comme sa pauvre et infirme nature
Posté par fantomas_media à 16:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 juin 2010

Chamfort

(Antonio Saura) Un frère, rien que pour avoir écrit cela : La Nature ne m’a point dit : ne sois point pauvre ; encore moins : sois riche ; mais elle me crie : sois indépendant. (Chamfort, Maximes et Pensées, chap. IV, "Du goût pour la retraite et la dignitié du caractère") mais aussi (une belle bouffée de liberté et d'intelligence qui remet à neuf) : La meilleure philosophie, relativement au monde, est d’allier, à son égard, le sarcasme de la gaîté avec l’indulgence du mépris. * * * La faiblesse de caractère ou le défaut... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 avril 2010

"les pièces d'un jeu d'échecs appelé langage"

(Eve Babitz et Marcel Duchamp, 1963. photo Julian Wasser) [...] Tu me demandes ton opinion sur ton oeuvre, mon cher Jean - C'est bien long à dire en quelques mots - et surtout pour moi qui n'ai aucune croyance - genre religieux - dans l'activité artistique comme valeur sociale.  Les artistes de tout temps sont comme des joueurs de Monte Carlo et la loterie aveugle fait sortir les uns et ruine les autres - Dans mon esprit ni les gagnants ni les perdants ne valent la peine qu'on s'occupe d'eux - C'est une bonne affaire... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 06:15 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
18 avril 2010

Nécessaire Pierre Jourde !

(Munch) Pour paraphraser le dialogue récent entre Michel Houellebecq et Bernard-Henri Lévy, pensez-vous que l'écrivain est aujourd'hui un "ennemi public" ? PIERRE JOURDE. J'ai l'impression que toute époque se pense avec un temps de retard, comme on a toujours eu une guerre de retard en France. Celle de 1914 fut abordée avec la stratégie de 1870... On vit aujourd'hui sur des représentations héritées du XIXe siècle. On se persuade qu'il y a une censure d'État par exemple, alors qu'il n'y en a pratiquement plus. Même s'il existe, en... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 09:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
06 avril 2010

La naissance de la parodie

(Carl-Henning Pedersen) Plus d'un chemin, assurément, met l'homme à l'abri de la fascination redoutable. On a vu, à Lacédémone, le sorcier devenir législateur et pédagogue, la bande masquée des hommes-loups évoluer en police politique, et la frénésie, un beau jour, se retrouver institution. Ici, c'est une autre issue qu'on voit poindre, plus féconde, plus propice au développement de la grâce, de la liberté et de l'invention, orientée en tout cas vers l'équilibre, le détachement, l'ironie, et non vers la poursuite d'une domination... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 20:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2009

"Je ne me suis pas moqué assez"

Pendant cette année difficile, je dois bien reconnaître que j'ai été un niais sentimental, que j'ai manqué de rapidité, de ressort et surtout d'irrespect. A cause d'une éclipse dans ma faculté d'imaginer et de ressentir, je me suis laissé devenir humble et l'humilité ne me réussit pas. Je me suis noyé dans la déférence, considérant que les entreprises ou les raisons des autres valaient valaient probablement mieux que les miennes. Je ne me suis pas moqué assez. Moins les Japonais s'amusent, plus il faut s'amuser pour rétablir la... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 07:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 septembre 2009

augmenter la multiplicité des lieux

53 Q. - Tout ce que vous venez d'énoncer donne à supposer que vous n'appréciez pas les longues rues rectilignes se coupant perpendiculairement qui forment la structure des villes modernes.  R. - J'aime que les rues tournent pour que le regarde se trouve par là limité et les sites à tout moment renouvelés. Des longues avenues rectilignes j'éprouve qu'elles rapetissent la ville. Il faut augmenter la multiplicité des lieux dans une ville pour l'agrandir. C'est ce que font admirablement les Arabes dont les petites cités donnent si bien... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 avril 2009

Ce qui reste incertain chez Bataille (mais sans doute cette incertitude ne peut pas être levée), c’est de savoir si l’économie (le capital), qui s’équilibre sur des dépenses absurdes, mais jamais inutiles, jamais sacrificielles (les guerres, le gaspillage…), n’est quand même pas traversé de part en part par une dynamique sacrificielle ; l’économie politique n’est-elle au fond qu’un avatar contrarié de la seule grande loi cosmique de la dépense ? Toute l’histoire du capital n’est-elle qu’un immense détour vers sa propre catastrophe,... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 04:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
15 septembre 2008

À la niche, les glapisseurs de dieu !

«Ce monde, uniformément constitué, n’a été créé par aucun dieu, ni par aucun homme. Mais il a toujours existé, il existe et existera toujours, feu éternellement vivant, s’allumant avec mesure et s’éteignant avec mesure.» HÉRACLITE (trad. Yves Battistini, 33). Alors que sur le front du rationalisme fermé l’ennemi semble avoir décidément perdu toute espèce de courage, une recrudescence d’activité se manifeste sur le front complémentaire de la religion. Il y a dix-huit ans, l’un d’entre nous [André Breton, /Second... [Lire la suite]
Posté par fantomas_media à 17:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]